533, 3e Avenue   
Val-d’Or, Québec
J9P 1S3
819-874-4555
Courriel: paroisse.valdor@cablevision.qc.ca

Personnel:

Jacques Lacroix, curé-administrateur

Laurent Ndikumana, vicaire

Guylaine Landry, secrétaire

Notre Mission est de vivre et communiquer le message de Jésus-Christ

                         HEURES DES MESSES :
              SAMEDI : 16h00  DIMANCHE: 9h et 10h30

 LUNDI, MARDI, MERCREDI, JEUDI, VENDREDI : 8h30 – 14h

**********************************************
 Vous pouvez aller voir

en cliquant dans «le feuillet paroissial»

<—<—<(à  votre gauche:)

pour voir les messes, baptêmes

décès et autres détails

pour deux semaines

**********************************************************
CIMETIÈRE DE VAL-D’OR
POUR TOUT CE QUI REGARDE LE CIMETIÈRE
S’ADRESSER À:
M. Germain Gagné
au 819-354-3312

************************************************************************

Concert d’orgue dans l’église, dimanche le 19 septembre à 14h

Catéchèse et Sacrements

Inscription au bureau de la paroisse au 819 874-4555

Baptêmes: communiquer avec le secrétariat au 819 874-4555

Mariages: s’adresser au presbytère six mois avant la date projetée. Apporter vos extraits de baptême récents de six mois avec annotation de la date de confirmation et vos extraits de naissance.

Confessions: avant la messe et sur demande

Voici  quelques renseignements  concernant la préparation catéchétique de votre enfant pour les sacrements du Pardon, de l’Eucharistie et de la Confirmation.

Pour l’année 2020-2021, il n’y aura pas de rencontre de groupes pour les catéchèses à cause de la pandémie. Ce sont les parents ou les personnes de leur choix qui  donneront les catéchèses à domicile.

Vous devez vous inscrire en communiquant avec l’une ou l’autre des personnes  suivantes qui prendront les renseignements.

Mme Nicole Boulanger 819-856-5319 boula.nicole@gmail.com

Mme Marguerite Larochelle 819-825-7118 larochelle.m@tlb.sympatico.ca

M. Jacques Lacroix, prêtre 819-874-4555 lacroix.jacques@hotmail.com

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

PRIÈRE POUR LES VOCATIONS

Père, très saint ;
ton Fils Jésus nous dit :
«La moisson est abondante,
mais les ouvriers peu nombreux ;
priez donc le maître de la moisson
d’envoyer des ouvriers
dans sa moisson».

Père, c’est ce que nous venons
faire aujourd’hui pour l’Église 
du diocèse d’Amos .
Nous avons faim de ta bonté
et soif de ta grâce.
Donne-nous des saints ministres
qui sauront nous conduire à ta Parole,
à ton Eucharistie et à ta miséricorde.

Soutiens dans la foi au sacerdoce
 ceux que tu appelles
et aide-nous à les soutenir.

AMEN.

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

OUVERTURE DE LA CHAPELLE JEAN-PAUL II

Tous les jours de 9h15 à 15h45.
Tous les mercredis la chapelle est ouverte jusqu’à 21h.


++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Capitation » Donnons cette Foi ! »

Il est important de voir tous ensemble
aux finances de notre paroisse.
Mille Mercis pour votre précieuse collaboration!


************************************************************************

LETTRE PASTORALE AUX CATHOLIQUES DU QUÉBEC

APPROCHER DE LA MORT AVEC LE CHRIST

Pour les nombreux catholiques de chez nous,
comme pour bien d’autres Québécois et Québécoises
de toutes croyances et convictions,
le débat des dernières années sur les soins
à donner aux personnes qui sont en phase terminale
et sur les conditions nécessaires pour
«mourir dans la dignité»
à être une occasion d’une profonde réflexion
et d’un douloureux questionnement.

D’une part beaucoup partagent avec l’Église
la conviction que la vie humaine doit être protégée
et respectée jusqu’à sa fin naturelle sans intervention,
médicale ou autre. Pour provoquer directement la mort:
l’euthanasie, même sous l’appellation
d’«aide médicale à mourir»,
ne doit pas être considérée comme une option.
Mais d’autre part, on reste toujours bouleversé
par les souffrances physiques
et psychologiques de personnes
qui vivent une longue et difficile agonie
et qui, si elles n’ont pas accès
à de véritables soins palliatifs,
demandent parfois qu’on mette fin à leur vie.

Les soins palliatifs sont
selon les termes de la loi :

« Les soins actifs et globaux dispensés
par une équipe interdisciplinaire aux
personnes atteintes d’une maladie
avec pronostic réservé
dans le but de soulager leurs souffrances,
sans hâter ni retarder la mort
de les aider à conserver la meilleure
qualité de vie possible et
d’offrir à ces personnes et à leurs proches
le soutien nécessaire.»

«L’aide médicale à mourir»
consiste toujours d’après la loi en…
«un soin consistant en l’administration de médicaments
ou de substances par un médecin
à une personne en fin de vie, à la demande de celle-ci,
dans le but de soulager ses souffrances en entraînant son décès.»

La différence entre les deux pratiques saute aux yeux
«Les soins palliatifs sont vraiment comme leur nom l’indique,
des soins: ils sont dispensés
«dans le but de soulager les souffrances,
sans hâter ni retarder la mort».

L’aide médicale à mourir, c’est le contraire:
elle consiste à renoncer aux soins palliatifs
à cesser en fait tout soins au malade
et à provoquer directement sa mort.

En termes clairs, donc
(La loi concernant les soins de fin de vie permet
à une personne qui est en phase terminale
de demander et d’obtenir l’euthanasie par un médecin.)

L’assemblée des évêques tient à redire aujourd’hui
ce qu’elle a affirmé tout au long des débats
et consultations des dernières années:
ce que la nouvelle loi désigne sous le nom
d’«aide médicale à mourir» est,
en vérité l’euthanasie sur demande.
Ce n’est pas un soin et ne devrait jamais être associé,
de quelque façon que ce soit,
aux véritables soins de fin de vie que sont les soins palliatifs.

Aider les mourants, c’est d’abord en prendre soin
C’est les accompagner, les soulager, les consoler,
les soutenir moralement et spirituellement,
en leur offrant tous les soins, médicament
et humainement possible,
y compris le temps voulu,
les soins palliatifs,
qui doivent être absolument accessibles à tous.

Aider les mourants, c’est également les aider à se préparer à la mort
et au passage dans la vie éternelle,
en particulier par la prière pour eux
et s’ils le souhaitent, par les sacrements
et la prière avec eux.

Aider les mourants, c’est les aider à bien mourir,
en prenant bien soin d’eux
et non pas les faire mourir.

Tous ceux et celles qui accompagnent
et soignent des personnes âgées ou gravement malades
peuvent témoigner des difficultés psychologiques
ainsi que des hauts et des bas
dont ces malades font l’expérience. On le sait :
« La maladie peut conduire à l’angoisse, au repliement sur soi
parfois même au désespoir et à la révolte contre Dieu»

Mais il est également vrai que la maladie peut aussi
«rendre la personne plus mûre,
l’aider à discerner dans sa vie ce qui n’est pas essentiel
pour se tourner vers ce qui l’est.
Très souvent la maladie provoque une recherche de Dieu,
un retour à Lui.»
Le sacrement de l’Onction des malades
pousse sans aucun doute à contribuer
à un tel retournement intérieur.
Il a aussi pour effet
« Le pardon des péchés si le malade
n’a pas pu l’obtenir par le sacrement de Pénitence.»
L’Onction des malades peut être un secours très précieux
et une étape décisive de la vie de foi.
«Lorsque le fidèle commence à se trouver en danger de mort
pour cause de maladie ou de vieillesse.»
La grâce reçue par ce sacrement est un «don du Saint Esprit
qui renouvelle la confiance et la foi en Dieu
et fortifie contre les tentations du malin,
tentation de découragement et d’angoisse de la mort.»
Elle pourra être déterminante pour donner la lucidité
et le courage pour vivre cette étape ultime
et cruciale de la vie
et même pour refuser la possibilité de s’enlever la vie
ou de demander de l’aide à le faire.

C’est pour aider à devenir de véritables témoins
du Christ et de l’Évangile —
des témoins dont notre Québec aura sûrement besoin
quand il sera confronté à la réalité
de multiplication de l’euthanasie– 
que les évêques proposent aujourd’hui
à ceux et celles qui voudront bien s’y engager
un parcours de réflexion sur les soins de fin de vie
à la lumière de la Parole de Dieu.

C’est une invitation à prendre du temps pour se laisser imprégner
et travailler intérieurement par la Parole de Dieu et,
si on le désire, pour en discuter avec d’autres, en famille,
entre amis ou membre d’une communauté chrétienne.

Que l’Esprit Saint nous guide, chacun, chacune et tous ensemble,
dans la découverte et l’approfondissement,
à l’écoute et à l’exemple de Jésus-Christ,
de l’authentique humanisme,
seule voie pour vivre et mourir en toute dignité dans l’amour
et la miséricorde de Dieu, Père, Fils et Esprit Saint.

Mgr Paul Lortie
évêque de Mont-Laurier
et président de L’assemblée des évêques catholique du Québec.

***************************************************************